Samedi, 25. Octobre 2014
Envoyer Imprimer PDF
Bookmark and Share

Aeroplans - F-22 RaptorPAK-FA, F-22 et F-35, trois chasseurs à différents stades d’évolution et qui représentent fièrement cette cinquième génération d’avions de combat en devenir. Plus que des appareils à la pointe de la technologie, ils sont pour les États-Unis et la Russie le symbole de la supériorité technique de ces nations sur le reste du monde. Alors que l’on croyait la Russie en pleine déchéance, Sukhoï, MiG et le Kremlin nous rappellent qu’il faut toujours compter sur les Russes. Plus à l’ouest, même si le programme F-22 Raptor est aujourd’hui stoppé, les États-Unis continuent d’affirmer leur leadership mondial. On se pose alors la question de savoir ce qu’il se passe en Europe. L’Eurofighter et le Rafale sont peut-être bien positionnés sur le marché des avions de quatrième génération +, mais quid d’une prochaine évolution ?

 

 

Histoire et déconvenues des chasseurs américains et russes.Aeroplans - PAK FA

Nous étions le 29 janvier 2010 et la Russie donnait un signal fort au reste du monde. Avec le vol inaugural du PAK FA, Sukhoï et Moscou rentraient dans le club très fermé des chasseurs de cinquième génération. Une histoire débutée il y a longtemps, juste après le lancement de la production en série des MiG-29 et Su-27. On est alors en 1986 et c’est à un chasseur lourd le MiG 1.42 que l’on pense alors ou au S-32 de Sukhoï. Cependant, avec la chute de l’Union Soviétique la donne change et Sukhoï devient petit à petit l’avionneur préféré de Moscou. Ses prototypes renommés S-37 puis Su-47 Berkut enchainent les vols et apprennent beaucoup au constructeur russe. C’est finalement en avril 2002 que Sukhoï est choisi pour mener à bien le programme PAK FA accepté en décembre 2004 dans sa version initiale.

 

Aeroplans - F-35Cependant, même si le programme de développement tient les délais, les essais débutent à peine. Les essais constructeurs doivent durer jusqu’en 2012, après quoi l’appareil tentera de décrocher sa qualification étatique au centre militaire d’Aktoubinsk. À l’issue du vol inaugural, le premier ministre Vladimir Poutine affirmait que les premiers exemplaires de préproduction seraient livrés en 2013. Le lancement de la production en série devrait avoir lieu en 2015. Pour cela, Moscou et son avionneur devront encore relever quelques défis. Il faudra peut-être attendre encore une décennie pour que les motoristes russes puissent développer un réacteur opérationnel pour cet avion.

L’un dans l’autre, il va falloir une trentaine d’années à Moscou pour mettre en service son avion de cinquième génération. Et encore, si tout se passe comme prévu. Aux États-Unis, les choses vont un peu plus vite, mais à peine. Il faut dire que dans l’intervalle le pays n’a pas été soumis aux contraintes de l’effondrement du bloc soviétique. Ainsi, le chasseur bombardier furtif F-22 Raptor (60 milliards de dollars d’investissement) fut lancé à la fin des années 1980. Mis en service au milieu des années 2000, il est aujourd’hui l’appareil le plus Aeroplans - F-22moderne du monde en service dans des forces armées. Commandés à 187 exemplaires par l’US Air Force, le chasseur n’est pas disponible à l’achat en dehors des États-Unis. Sa production a cependant été stoppée le 21 juillet 2009 par le Sénat américain. Il n'existera donc peut-être que 187 F-22 Raptor dans l'histoire. L'appareil n'est pas jugé en totale adéquation avec les problématiques opérationnelles actuelles.

En dehors du Raptor, le programme F-35 Lightning II (300 milliards d’investissements) ou Joint Strike Fighter (JSF) est le second appareil de nouvelle génération américain. Il a lui était lancé au début des années 1990 et reçoit l’aide d’une dizaine de pays étrangers. Concrétisé en 1994, le Pentagone décide de regrouper dans ce projet baptisé Joint Advanced Strike Technology (JAST) tous les besoins des armées du pays. Chasseur polyvalent et furtif, il doit entrer en service à l'horizon 2012, mais subit d’importants retards et surcoûts. Le Pentagone vient d’ailleurs de geler la somme de 614 millions de dollars qu'il devait verser au constructeur aéronautique Lockheed Martin en raison de problèmes et de retards dans le programme F-35. Il a donc grossièrement fallu une vingtaine d’années à Washington pour développer ses deux chasseurs de cinquième génération.

Rafale et Eurofighter contre cette cinquième génération.Aeroplans - Rafale

Les engagements simulés entre ces appareils sont encore peu courants et les informations souvent difficiles à obtenir. Or, le dernier engagement en date aux Émirats arabes unis lors de l’exercice international Advanced Tactical Leadership Course (ATLC) affiche le niveau. Lors de deux engagements, le Rafale a donc pu se mesurer au F-22A. Des engagements à vue et à courte distance soit du combat rapproché au « un contre un ». En général, à niveau de performances rapprochées il s’agit d’un combat canon qui peut se solder par une neutralisation mutuelle dès lors que personne n’accroche personne. Ainsi, le service des relations publiques de l’armée de l’air rapporte que sur six engagements, un seul a permis au F-22 d’ouvrir le feu. Les pilotes américains auraient étaient extrêmement surpris par la résistance des hommes et des machines françaises.

Alors que les deux types d’avions ne sont comparables ni par le prix, ni par les technologies embarquées, il est agréable de voir que malgré ses avancées le F-22A n’a pas réussi à prendre clairement le dessus sur le Rafale. Cependant, nous ne parlons pas ici d’engagements hors de portée visuelle (BVR). Dans pareil cas, les Américains rapportent que « les émissions électromagnétiques du Rafale auraient étaient captées, autorisant ainsi le tir de missiles Amraam à distance de sécurité ». Les capacités de détection et les systèmes d’armes longue distance des Raptor sont évidement bien plus avancées que ceux des Rafale ou Eurofighter. Alors qu’un fossé générationnel sépare ces avions, on peut en tout cas dire qu’il n’est pas si important que ça quand on regarde les performances de l’appareil conçu par Dassault Aviation.

Aeroplans - PAK FA

Perspectives françaises et européennes.

Puisque les engagements actuels privilégient l’interception à longue distance, ces bonnes performances en « dogfight » restent à relativiser. On se demande alors si un appareil de cinquième génération pourrait faire son apparition en Europe. Ceci pour maintenir la supériorité technologique européenne sur le reste du monde. Mais une supériorité qui pourrait être aussi militaire. À titre d’exemple, l’Inde est-elle aussi bien intégrée au programme de développement du PAK FA russe. À partir de 2017, la version indienne du T-50 devrait rentrer en production.

Aeroplans - F-35Si pour l’instant aucune information officielle ne fait état d’un tel projet, on regarde avec perplexité le manque de débouchés à l’export pour le Rafale et dans une moindre mesure pour l’Eurofighter. Même si l’un s’est déjà vendu à plus de 700 exemplaires, le Rafale n’a pour client actuel que l’armée de l’air française pour 294 avions commandés. Dans un contexte exacerbé par la crise économique, il est probable qu’une nouvelle génération d’avions ne soit pas sérieusement envisagée par les décideurs européens. Même si Dassault étudie des technologies qui pourraient servir à une future génération d’avions (annulation active permettant de rendre virtuellement un avion invisible au radar en annulant les ondes), l’avionneur ne peut certainement pas se lancer dans le développement d’un nouvel appareil tout seul. Une fois de plus, les Européens sont potentiellement condamnés à travailler ensemble au lieu de renter en compétition (Rafale vs Eurofighter).

Sachant qu’il faudra entre vingt et trente ans aux industriels pour développer et produire un chasseur de nouvelle génération, la réflexion fait froid dans le dos. Mais cela est-il vraiment nécessaire ? Beaucoup pensent que la sixième génération d’avion de chasse sera celle des drones. Dans ce cas-là, les industriels et les hommes politiques européens ne vont-ils pas directement passer de la case quatrième génération + à celle des drones ?

Dans le domaine des drones, les États-Unis ont également une sérieuse longueur d’avance sur l’Europe. Global Hawks, Predator et j’en passe sont aujourd’hui en service opérationnel dans le monde. À titre d’exemples européens, Dassault pense son programme nEUROn, on coopère avec les Israéliens sur les Harfangs et EADS la menace d’une annulation du programme Talarion. Mais dans un tel cas de figure, ne manquera-t-il pas une corde à l’arc européen ? La question reste ouverte entre arrêt de la production du F-22, la future suprématie du F-35 et la prise d’altitude du PAK FA.

Michael Colaone.

A lire aussi : La Russie rentre dans le club très fermé des chasseurs de cinquième génération ou, Les Emirats arabes unis regardent le Rafale voler avec admiration.



Tags: Boeing | dassault | EADS | Eurofighter | europe | F-22 Raptor | F-35 | France | Inde | JSF | PAK FA | rafale | Russie | T-50 | USA

Commentaires  

 
+1 #10 reserverichard 24-09-2014 12:38
Je ne suis en grand connaisseur en la matiere mais je vais vous donner mes points de vue.
En premier lieu il faut prendre les bons resultats du Rafale sur le F22 (Les engagements simulés entre Rafale et F22, cite ci-dessus) avec beaucoup de reserve. Les americains aiment le spectable mais ne s'avisent jamais de montrer leur ecrassante superieorite militaire.
Souvenez-vous lors de la guerre du golfe. Le monde entier decouvre avec emerveillement la retoutable precision des missiles Tomahawks... Certe, ce sont bien la des Tomahawks... mais des Tomahawks de 1e ou 2e generation concu dans les annees 70.
Il faut dire que les americains possedent un stock enorme de ce type de munition (obsolete pour leur armee)
qu'ils ne peuvent pas vendre a l'exportation, alors il s'en debarassent comme ils peuvent.
Si j'etais Batman (F22 Raptor) et si je rencontre un Ami guerrier gaulois ou viking (Rafale), je m'arrangerais de lui faire croire que que sa hache et son couteau son des armes retoutables, gravees dans l'ivoire et qu'il est lui-meme un Grand Guerrier qu'il faut craindre.
Citer
 
 
+1 #9 cocote minute volanteaaaa 16-09-2014 14:19
Vaut mieux avoir un fer a repasser équipé de radars qui détectent et de missiles qui touchent a 300km qu'une ferrari qui touche qu'a 80km.
Citer
 
 
0 #8 MrMalinverni 27-01-2013 01:12
Ni aucune autre d'ailleurs...
Citer
 
 
0 #7 MrMalinverni 27-01-2013 01:10
mouaip mouaip...

Il faudrait des drônes volant de 15km/h à Mach 5, emportant des tonnes d'armements en soute, furtif à tout, et coûtant surtout 3francs 6 sous. Le nerf de la guerre... si l'on se rend compte que le salaire moyen en europe est bien 20 fois plus élévé que celui du reste du monde, ça signifie tout simplement que le reste du monde, à dépense équivalente produire 20 fois plus (en approximant grossièrment bien sûr)... moi j'espère - pour l'Europe et pour le reste du monde aussi car il est fort à parier que nous vendrons cher notre peau - qu'il n'y aura pas suffisament de cinglés pour déclencher ce genre de guerre là...
Citer
 
 
+1 #6 consomaniefabien 31-01-2012 20:41
Toutes ces merveilles coûtent atrocement cher, et ils sont vulnérables aux appareils anciens "mis à jour". En effet, si l'équipement évolue (radar, navigation, etc...) les performances de vol pur stagnent, voire régressent pour offrir de nouvelles prestations, pour la maniabilité et l'emport de charges.
Il en résulte clairement que RIEN ne garantit une suprématie à long terme des techniques furtives: elles pénalisent les performances (formes tordues, poids des matériaux) et fragilisent l'avion (le Raptor utilise son carburant pour refroidir ses émissions thermiques, ce qui n'est pas rassurant pour les techniciens au sol qui doivent traiter un appareil dont le carburant est brulant).
De plus, des pods ou équipements externes peuvent partiellement combler la différence entre les diverses générations. J'ai lu que MiG utilisait un générateur de plasma externe pour masquer les émissions radars de son projet, que Sukkoï avait fait souffler un vent de panique en occident en équipant le Sukkoi 27 d'un détecteur infrarouge.
En France, le Mirage 2000 s'équipe enfin d'une liaison 16, et les missiles mica sont craints des américains, tout comme le spectra du Rafale.
Il convient donc de rester prudent face aux sirènes de la technologie quand on voit ce que coûtent les programmes américains: le F22 est à l'arrêt: trop cher. Celui du F35 à été dérobé et le partenariat indo-russe vient de prendre du plomb avec la volonté de l'Inde d'acheter du matériel tricolore.

Wait and see, donc.
Citer
 
 
0 #5 RE: Un point de situation sur les avions de cinquième génération.bibi 23-02-2010 22:51
Et effectivement, il n'y aura pas d'avions de 6ème génération, mais des drônes ...à moins que les américains se décident à dévoiler leur technique de propulsion mhd 8) qu'ils maîtrisent depuis longtemps déjà ! Mais le feront-ils sur des avions pilotés ou sur des drônes , that is the question ...
Citer
 
 
+3 #4 RE: Un point de situation sur les avions de cinquième génération.bibi 23-02-2010 22:46
On a qu'à appeler le Rafale F3 avion de 5ème génération et le problême est réglé...Je n'ose imaginer les clients se faire dupper par cette histoire de génération mais les américains sont très capables d'utiliser cet argument pour vendre leurs avions estanpillés 5ème génération...Cela n'a aucune valeur opérationnelle mais ça peut faire vendre dans le genre "la mienne est plus récente que la tienne"
C'est de l'esbrouffe tout ça, le F22 se fera shooter par le rafale autant de fois qu'il le faudra et l'inverse peut-être également alors il faut arrêter de se gargariser avec ces générations, c'est du pipeau commerciale pour les gogos !
Citer
 
 
+2 #3 RE: Un point de situation sur les avions de cinquième génération.bubu 23-02-2010 19:10
Comme l'a très bien dit un commentaire plus haut, la seule difference notable qu'il y a entre un avion de la génération 4+ et de la 5, c'est la furtivité.
Le rafale, par le biais de son systeme spectra est tout a fait capable, radar éteint de suivre des pistes (il faudrait le confirmer) mais c'est comme cela qu'il a mis a jour une carte de menaces sol-air non détectés par les avions américains. L'engagement BVR du F22 contre le rafale s'est fait sans prévenir. Si ce n'était pas prévu dans l'engagement, les rafales auraient tres certainement utilisés d'autres technique de chasse.
Car le F22, pour tirer l'amraam, est obligé d'allumer son radar ne serait-ce qu'un tres court moment, pour éclairer le missile (besoin de confirmation encore) Ce dont n'est pas obligé de faire le rafale grace au micaIR, missile BCR infrarouge dont les américains ne disposent meme pas !
Donc si tous les engagement d'avions de 5eme generation se font radar éteints, comment feront ils pour se voir...
Citer
 
 
+5 #2 RE: Un point de situation sur les avions de cinquième génération.aeroxavier 23-02-2010 16:50
(oups j'ai pas vu mais j'ai fais un petit com sur les f-16 avec des ref presente ici)

si non il faut quand meme savoir que la superiorite(tec hnologique) americaine est basee sur ce qu'ils nous disent.

-ceux qui qualifie les avions en generation sont ceux qui savent qui auront toujours une generation enplus(pourquoi 4+? et pas 5)
-la furtivite du f-22 a t-elle ete prouves?son design et ses test de furtivite ont ete teste avec de vieux radars qui se voulait etre au top a cette epoque.si cette furtivite et cette avance technologique pourquoi ne pas l'avoir actionné au EAU? car ils savent que les radars ont evolues ( le rafale recevra le systeme SPECTRA utilise aux EAU) que le fait qu'un f-22 ait ete detectes nuirait enormement aux USA et que la france pourrait obtenir de nouveaux marches.
le rafale a detecte au sol ce que le meilleurs radar americain n'a put faire (f-16)
sincerement si vous savez que votre appareil est furtif pourquoi avoir peur de l'utiliser ?

quand a l'appareil russe,il se veut une simple copie des appareils americains pour rassurer les futurs client de la russie que leurs technologies est egal aux autres, mais quand on voit notamment le probleme avec le contrat algerien ou ils n'ont pas put livrer a temps un appareil completement neuf et par souci d'economie ils ont mis des pieces d'occas...

faut arreter de dire appareil de 4e ou 5e gen car cela n'a rien a voir.
si un appareil de 5e gen est base sur sa furtivite et qu'un appareil de 4 gen reçoit un radar qui peut le detecter et qui possede un systeme d'armement equivalent a un appareil de 5e gen ,peut il etre alors considerer comme de 5e gen et donc superieur?

dite moi si je suis dingue ou realiste
Citer
 
 
+2 #1 RE: Un point de situation sur les avions de cinquième génération.Takanobu 23-02-2010 12:30
Article intéressant faisant le point sur les chasseurs de 5° générations.
Une perspective sur les chasseurs de 4° génération aux capacités étendues en conclusion (programme coréen et japonais basé sur des F16 par exemple) ouvrirait le débat sur la pertinence d'un achat de chasseur de 5° génération pour des nations de puissance moyenne.

En tout cas bravo pour cette synthèse
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir